Gynécologie

J’ai des mycoses à répétition

Vous connaissez ?

J’écris mycoses (ou candidoses) mais je pense que l’on peut généraliser à toute irritation (vaginale / vulvaire) qui ne soit pas une infection sexuellement transmissible et qui, d’ailleurs, ne nécessite même pas d’être sexuellement active1. Je pense aussi que cela n’est pas propre et exclusif aux femmes et que cet article peut concerner aussi les hommes.

Je vais pour faciliter les choses parler de candidose plus spécifiquement, mais les conseils ou les informations données peuvent s’appliquer à d’autres irritations comme l’uréaplasma ou le mycoplasme ou toute vaginite.

La candidose (moniliase) est causée par la prolifération d’une levure, le candida albicans (albicans car les pertes sont classiquement blanches) dans les intestins et/ou l’appareil génito-urinaire. Nos intestins et notre appareil génito-urinaire sont loin d’être « stériles » et il y existe une flore variée, entre-autre des candida et d’autres bactéries (= le microbiote) qui coexistent en équilibre et avec qui nous vivons bien en bons voisins (quoique ce soient des voisins très intimes et internes) : nous avons besoin d’eux pour digérer certains aliments que nous mangeons et eux sont ainsi nourris : donnant-donnant 😉

Dans certaines circonstances, ils peuvent se multiplier et rompre cet équilibre fragile, d’abord en proliférant dans l’intestin, puis en débordant et en envahissant les tissus et les autres organes à proximité et de proche en proche.

La candidose est fréquente et touche plus les femmes que les hommes.

parmi les autres symptômes, on peut noter

  • Les infections fongiques chroniques comme le pied d’athlète
  • la fatigue ou l’épuisement
  • la déprime et les sautes d’humeur
  • les troubles gastro-intestinaux (ballonnements, crampes, diarrhée chronique ou constipation)
  • l’anxiété chronique ou les tensions (nerveuses)
  • les allergies / intolérances alimentaires
  • une mauvaise mémoire
  • un prurit (chatouille) anal
  • une hypersensibilité aux produits chimiques, au parfum ou à la fumée de cigarette
  • des symptômes + aigus de syndrome prémenstruel
  • des douleurs articulaires via l’inflammation
  • l’envie de manger des sucreries ou du pain, ou de boire de l’alcool

Cette liste est peu spécifique et tous les symptômes sont reliés entre eux : si on digère mal, le corps est moins bien nourri (tous les nutriments ne nous servent pas2), nous pouvons donc être fatigué.es et donc moins concentré.es (mémoire), de moins bonne humeur …. L’irritation intestinale chronique peut aussi provoquer un syndrome d’hyperperméabilité intestinale3 avec le passage des nutriments sous une forme moins digérée vers la circulation sanguine, ce qui entretient une inflammation subchronique et donc des symptômes d’intolérance alimentaire et une sensibilité accrue immunitaire (hypersensibilité) et un cercle vicieux s’installe => on repart sur la mauvaise digestion.

infographie laboratoires copmed

ces symptômes sont globalement liés à l’accumulation de toxines quelles qu’elles soient (additifs chimiques, pesticides, polluants dans l’eau et dans l’atmosphère…) dans le corps

Il y a aussi une aggravation de ces symptômes avec la consommation de sucre ou d’alcool (l’alcool est transformé par notre organisme en sucre / calories et en formaldéhyde (toxique)). En plus, toutes les formes de sucres (SAUF le sucre de bouleau, le xylitol) et l’alcool nourrissent cette levure (les candida digèrent le sucre pour nous et nous permettent de l’utiliser - nous avons donc besoin des candida pour vivre, mais les levures en prennent au passage car le sucre les nourrit) et donc tout cela permet la prolifération des candida au sein de notre organisme. Le climat ou un environnement humide et propice aux moisissures aggrave aussi les symptômes.

Avoir 5 symptômes ou plus de la liste signe une candidose chronique généralisée probable.

quelles en sont les causes ?

il y a plusieurs facteurs de risque : notamment le recours fréquents aux antibiotiques à large spectre (si vous avez suivi, en plus, on est + sensible aux infections => cercle vicieux), la prise d’hormones stéroïdes de façon fréquente ou prolongée, un environnement humide avec des moisissures, une consommation importante de sucreries ou d’alcool, des pathologies qui diminuent notre immunité comme le diabète, les cancers ou le sida….

Il y a des tests diagnostiques relativement chers disponibles comme la recherche d’anticorps sanguins … mais avant de les faire n’est pas plus simple de choisir d’adopter des mesures préventives ?

le traitement et les mesures préventives

la candidose chronique ( ces conseils vont s’avérer valables pour toute irritation génitale chronique sans attendre le step suivant : les symptômes généraux)

va être prise en charge selon un programme en 3 volets

  1. Éliminer de son régime les aliments dont se nourrit le candida albicans pendant 3 mois : toutes les sortes de sucres (sucrose, fructose, dextrose, maltose, galactose, fruits secs et jus de fruits - et méfiez-vous des aliments ultra-transformés qui en contiennent énormément : 80% des sucres consommés sont cachés dans ces « aliments ») -à l’exception de la stévia et du sucre de bouleau-, l’alcool, la levure, les aliments fermentés, le fromage, le vinaigre et les produits à base de farine raffinée (dont le pain). Au terme de ces 3 mois, ces aliments peuvent être ré-introduits en petites quantités
  2. traitement antifongique (ceci est l’étape qui diffère si vous n’avez pas de candidose mais des vaginites). Ce traitement ne fait pas l’unanimité. En naturopathie, on cite l’acide caprylique, l’hydraste du Canada ou sceau d’or, ainsi que les extraits de pépins de pamplemousse (la berbérine avec son activité anti-fongique). Certaines personnes vont tester des tisanes de Pau d’arco ou lapacho, qui ont des propriétés antifongiques et antibactériennes. On peut aussi prendre des compléments en vitamine C et E, du Zinc et des acides gras essentiels. Tout ceci doit s’accompagner du régime qui évite de nourrir le candida !!! Des solutions existent aussi en homéopathie
  3. restaurer une flore bactérienne normale (équilibrée) dans l’intestin grâce à la prise de probiotiques (lactobacillus acidophilus ou lactobacillus bifidus notamment mais notre microbiote est unique et ce ne sont peut-être pas ces lactobacillus dont vous avez besoin) ou grâce à la prise de prébiotiques qui nourrissent les « bons germes ».

Le régime anticandidose

ces principes diététiques favorisent la guérison de la candidose : adoptez-les à vos goûts et mode de vie

  • Lait et produits laitiers
  • toutes les sucreries à l’exception du sucre de bouleau et de la stévia
  • alcool
  • fruits et jus de fruits ( à l’exception du pamplemousse sans excès néanmoins4)
  • miel et édulcorants artificiels
  • chocolat (dur !)
  • aliments contenants des levures ( y compris les pains à base de levure)
  • fromages affinés
  • beurre de cacahuètes et cacahuètes
  • vinaigre
  • champignons
  • jus de carotte
  • glucides (pâtes, chips, pomme de terre) en grande quantité
  • restes de repas (sauf s’ils ont été surgelés)

  • Poulet ou poisson (bio et se méfier des POP et métaux lourds dans les poissons)
  • légumes crus ou cuits (bio)
  • céréales avec modération : le riz complet (bien le tremper et le cuire) sera préférable au blé
  • œufs bio et enrichis en W3
  • légumes secs
  • assaisonnements à base de citron et d’huile (pas de vinaigre)
  • graines crues : amandes, noix, noisettes … source d’W3
  • pain non fermenté
  • fromages frais
  • ail = prébiotique
  • gélules d’huile d’origan (désinfectant)
  • gélules d’huile de nigelle

ce régime semble très restrictif et est très général; rien ne remplace une consultation avec un.e nutritionniste.

si vous mangiez beaucoup de sucre, cela va être difficile au début mais l’envie de sucré s’atténue avec le temps, je l’ai éprouvé personnellement (de toute manière, mieux vaut limiter le sucre ingéré pour tout le monde !).

À la longue, vous aurez moins de symptômes gastro-intestinaux, éprouverez un regain d’énergie, et votre humeur s’améliore.

D’une manière générale, un régime alcalinisant et pauvres en toxines (cf adopter un mode de vie sain) est à conseiller évidemment et pas uniquement pour une cure de 3 mois. La cure de 3 mois est le temps nécessaire pour vos intestins de récupérer et cicatriser, ce délai va donc être variable d’une personne à l’autre, selon la sévérité de l’inflammation.

Concernant les traitements naturels cités : je ne suis pas naturopathe mais juste curieuse; encore ici, il faut rester curieux.se et voir ce qui pourrait vous convenir ou pas et ne pas hésiter à consulter des praticiens compétents.

Est aussi appelé acide octanoïque en raison de la présence de 8 atomes de carbones

il a la capacité à traverser les membranes cellulaires et faciliter ainsi l’absorption des anti-oxydants.

ses propriétés anti-fongiques et anti-bactériennes tiennent du fait de sa petite taille qui lui permet de s’intégrer à la paroi du candida albicans menant à la rupture de sa membrane cellulaire entraînant la mort du champignon ou de la bactérie.

il est naturellement présent dans le lait maternel mais aussi dans la noix de coco.

l’hydraste du Canada ou sceau d’or est connue des Amérindiens (les Cherokee et les Iroquois notamment) comme médicament pour traiter les affections internes inflammatoires (respiratoire, digestive et génito-urinaire) causées par une infection ou une allergie.

elle apaise les muqueuses irritées, et ses nombreuses utilisations sont attribuées à ses propriétés antibiotiques, anti-inflammatoires et astringentes

Pau d’arco

= complément alimentaire issu de l’écorce interne de plusieurs espèces de Tabebuia, qui poussent en Amérique Centrale et du Sud

il réduit l’inflammation et est utilisé par les tribus (écorce interne) pour traiter l’estomac, la peau et les maladies inflammatoires. Il aurait des propriétés anti-bactériennes et anti-fongiques, on pense en inhibant les processus physiologiques dont les bactéries et les champignons ont besoin pour produire de l’oxygène et de l’énergie.

pour l’instant, ses effets ont été étudiés avec succès in vitro.

1 sexuellement active = avec un.e partenaire, quelque soit la pratique (avec ou sans pénétration vaginale -doigts, pénis, autres

2 tous les nutriments ne nous servent pas : déjà que la qualité de notre alimentation n’est plus excellente avec l’évolution de l’agro-alimentaire et les aliments ultra-transformés (cf un mode de vie sain)

3 le syndrome d’hyperperméabilité intestinale : globalement l’irritation chronique à la surface de nos entérocytes (= les cellules intestinales) sous forme de mucus, diminue le processus optimal de digestion (c’est-à-dire la transformation performante et pertinente de ce que l’on mange en molécules dont notre corps a besoin pour nous permettre de vivre et de bouger), il y a un ralentissement à cause du mucus et un passage anormal entre les entérocytes (normalement ces cellules sont serrées les unes contre les autres) de « grosses » molécules (les nutriments ne sont pas digérés totalement) ou même de molécules inconnues par le corps (d’où les intolérances / allergies alimentaires) vers le réseau sanguin, ce qui produit de l’inflammation : le corps réagit car il ne « connaît » pas ces molécules et attaque le différent (c’est ce processus qui nous défend contre les infections classiques) avec un état inflammatoire chronique de notre corps => fatigue, moins bonne défense contre les infections, état de stress chronique et éventuelle prise de poids car l’inflammation demande au corps des calories pour se battre et donc recherche de ces calories (appétit vers les sucreries ou alcool, ce qui nous donne rapidement plein d’énergie) et stockage (le corps est malin et fait des provisions)

physiologiquement :

les entérocytes forment une seule couche de cellules qui sont serrées les unes contres les autres (jonctions serrées)

4.https://www.vidal.fr/sante/nutrition/alimentation-problemes-sante/medicaments-alimentation/en-pratique.html

vous pourriez aussi être intéressé.e par l’article adopter un mode de vie sain et je vous invite aussi à lire les fascia (tout est lié)

Le texte est de Vinciane Biernaux. Si vous l’utilisez, merci de créditer l’auteur.